Quelques citations…

  • “ Nous sommes de l’étoffe même dont sont faits les rêves et notre petite vie est toute ceinte de sommeil.” – La Tempête, William Shakespeare
  • “ Je ne sais pas si j’étais alors un homme qui rêvait qu’il était un papillon, ou bien si je suis maintenant un papillon qui rêve qu’il est un homme.” – Tchouang Tseu
  • “ Les illusions sont les rêves de ceux qui n’en ont pas.” – Le Gai Savoir, Friedrich Nietzsche
  • “ Un rêve qui n’est pas interprété est comme une lettre qui n’est pas lue. ” – Talmud
  • “Les rêves sont la littérature du sommeil.” – Le Mystère laïc, Jean Cocteau
  • “ Je rêve donc j’existe.” – La Défense d’un fou, Auguste Strindberg
  • “ C’est rêver toute sa vie que de croire à ses rêves. ” – proverbe chinois
  • “ L’état de veille est un rêve contrôlé.” – Interpretations of Poetry and Religion, George Santayana
  • “ Rêver sa vie : voilà ce que j’appelle ‘être éveillé’. ” – Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche
  • “ Le rêve est le mythe de l’individu.” – Rêve et mythe, Karl Abraham
  • “ L’homme n’est jamais aussi libre que lorsqu’il rêve.” – Arthur Schopenhauer
  • “ Un être privé de la fonction de l’irréel est un névrosé aussi bien que l’être privé de la fonction du réel.” – Gaston Bachelard
  • “ Le plus court chemin entre deux points n’est pas la ligne droite ; le plus court chemin entre deux points, c’est le rêve. ” – proverbe malien
  • “ Si l’on réunissait les rêves que les hommes ont eus pendant une période définie, on verrait surgir une image très juste de l’esprit de cette période. ” – G.W.F
    Hegel
  • “ Le rêve est une hypothèse, puisque nous ne le connaissons jamais que par le souvenir, mais ce souvenir est nécessairement une fabrication. Nous construisons, nous redessinons notre rêve ; mais nous l’exprimons, nous lui donnons un sens ; il devient narrable. ” – Œuvres (tome I), Paul Valéry
  • “ C’est dans le rêve que commence la responsabilité. ” – Responsibilities and other Poems, William Butler Yeats
  • “ Les rêves sont la pierre de touche de notre caractère. ” – La moëlle de la vie, Henry David Thoreau
  • “ Notre vie la plus vraie, c’est quand nous évoluons dans nos rêves éveillés. ” – La moëlle de la vie, Henry David Thoreau
  • “[…] certaines voix affirmaient que le rêve, en tant que vision privée et solitaire d’un individu, témoignait seulement d’une phase transitoire de l’humanité, que viendrait un temps où il perdrait cette spécificité et, tout comme les autres faits et gestes de l’homme, deviendrait également perceptible à tous. Bref, de même qu’une plante ou un fruit demeure sous terre pendant une certaine période avant d’apparaître en surface, les rêves de l’homme étaient pour l’heure immergés dans le sommeil, ce qui ne voulait pas dire qu’il en irait toujours ainsi. Un jour, les rêves émergeraient à la lumière du jour et viendraient occuper toute leur place dans la pensée, l’expérience et l’action humaines ; quant à savoir si cela serait bien ou mal, si le monde s’en trouverait changé en bien ou en mal, cela, Dieu seul le savait.
    D’autres soutenaient que l’Apocalypse n’était rien d’autre que le jour où les rêves sortiraient de la prison du sommeil, car la Résurrection des Morts, que les hommes se représentaient de manière banale, métaphysique, s’accomplirait en fait sous cette forme-là. Les rêves n’étaient-ils pas déjà leurs messages avant-coureurs ? Cette revendication séculaire des morts, cette supplication, cette lamentation, cette protestation – de quelque nom qu’on l’appelât -, il y serait ainsi fait droit un jour.
    Il s’en trouvait d’autres qui, tout en adhérant à cette façon de voir, l’expliquaient de manière tout à fait opposée. L’émergence des rêve dans l’âpre climat de notre univers, disaient-ils, ne fera qu’entraîner leur étiolement, leur dépérissement. C’est ainsi que les vivants rompraient avec l’angoisse des morts, par conséquent avec le passé, et cette rupture, si certains la tenaient pour un malheur, d’autres y voyaient une délivrance, comme un véritable renouveau du monde.” – Le Palais des rêves, Ismaïl Kadaré
Publicités