Rythme thêta

Selon Jonathan Winson (1923-2007), professeur et psychiatre américain, la phase correspondant au sommeil paradoxal (support du rêve) est principalement commandée par des neurones du tronc cérébral, qui transmettent des signaux au cortex visuel et produisent dans l’hippocampe (une partie précise du cerveau) une onde sinusoïdale : le rythme thêta. Ce rythme “apparaît chez les animaux éveillés qui exécutent un acte essentiel à leur survie ; plus précisément, il apparaît lorsque les animaux réagissent à une modification de leur environnement.”.

Winson établit en conséquence que le sommeil paradoxal joue un rôle-clef dans le processus de mémorisation et dans l’ancrage au sein du cerveau des stratégies de survie.

Publicités