Darwinisme onirique

Cette théorie est développée par le psychologue et psychanalyste américain Mark Blechner (né en 1950) dans un essai intitulé The Dream Frontier (2001).

Nous rêvons, dit-il, afin de “créer de nouvelles idées, en les générant de façon partiellement aléatoire et en les retenant ensuite si on les juge utiles… Les rêves introduisent des variations aléatoires au sein de notre vie psychique et de nos schémas internes. Ils produisent des ‘mutations de pensée‘. Notre esprit peut ensuite opérer une sélection parmi ces mutations et variations et produire en conséquence de nouvelles façons de penser, d’imaginer, de prendre conscience de soi, ou d’innover dans toute autre fonction psychique.”.

La théorie de Blechner renvoie au darwinisme parce que ces nouveautés produites par le rêve sont ensuite soumises à la loi du hasard et de la nécessité établie par le naturaliste anglais : au moment de leur naissance, elles sont le fruit d’accidents et sont marquées du sceau de la contingence ; mais si elles se révèlent particulièrement pertinentes, utiles voire nécessaires, elles connaîtront alors une fortune importante, soit pour l’individu lui-même soit plus largement pour l’ensemble de la communauté à laquelle il appartient.

Publicités