Carl G. Jung

Pour Carl Gustav Jung (1875-1961), psychiatre et psychanalyste suisse, la distinction faite par Freud entre contenu manifeste (forme donnée dans le rêve aux stimuli absorbés) et contenu latent du rêve (les stimuli réels « cachés » derrière) manque de profondeur de vue et ne permet d’expliquer que certaines expériences oniriques. Pour Jung, le rêve est plutôt la survivance d’un langage primordial, pour ainsi dire inné, langage en images qui doit être traité pour lui-même et non comme s’il était une sorte de masque trompeur…

La fonction du rêve est selon Jung de restaurer chaque nuit l’équilibre psychologique du rêveur, de rétablir en quelque sorte le bon cap dans sa quête de réalisation de la totalité psychique. Si un individu se sous-estime dans sa vie d’éveil, il rêvera la nuit qu’il côtoie les plus grands, serre la main à Barack Obama etc.

A la différence de Freud, Jung assigne au rêve une fonction téléologique : il marque en effet une sorte de tension vers un but que l’individu cherche intimement à atteindre tout au long de son existence, c’est-à-dire devenir pleinement lui-même, un être conscient qui intègre et réalise dans sa vie les tendances les plus fondamentales de son inconscient.

Jung a ainsi jugé que la fonction principale du rêve était de “compenser” les déséquilibres psychiques occasionnés chez le rêveur par son quotidien.

Publicités