Activation-synthèse

D’après le neuropsychiatre américain John Allan Hobson (né en 1933), le rêve s’explique par une tendance naturelle du cerveau à organiser en un tout cohérent les données sensorielles qui lui parviennent.

En phase de sommeil paradoxal, les neurones du tronc cérébral envoient des messages aléatoires (signaux, informations et surtout informations spatiales) pour la plupart déconnectés du monde extérieur (auto-activation du cerveau) ; le cerveau organise alors du mieux qu’il peut les données aléatoires fournies par les neurones (synthèse) bien qu’ils fonctionnent, en quelque sorte, à vide.

Allan Hobson explique ainsi l’étrangeté de la plupart de nos rêves.

(À la suite d’une crise d’apoplexie qui a temporairement réduit ses capacités motrices, Allan Hobson a revu sa vision du rêve : il considère désormais que le rêve joue un rôle dans l’acquisition et l’exercice du mouvement. Il lui attribue donc un sens et une forme d’intentionnalité…)

Publicités