Edgar Cayce

Edgar Cayce est sans doute l’une des figures les plus surprenantes de l’histoire des Etats-Unis du XXème siècle. Surnommé le “prophète dormant”, il est l’un des plus grands mystiques de l’histoire contemporaine, mais aussi l’un des plus atypiques. S’il est difficile de départir le mythe de l’histoire authentique dans sa biographie, il est sûr que ses diagnostics en sommeil hypnotique ont guéri de nombreux malades et que ses “révélations” continuent de faire couler beaucoup d’encre.

Né en 1877 dans l’Etat du Kentucky, Edgar Cayce est issu d’une famille paysanne protestante. Enfant, il semble avoir fait preuve d’une capacité de mémorisation photographique étonnante. Grand lecteur de la Bible, le jeune Cayce rêve de devenir médecin missionnaire. Toutefois, ses parents ne peuvent lui assurer une longue scolarité et, à l’âge de seize ans, Edgar quitte l’école pour se mettre à travailler.

Après divers emplois, il s’associe avec son père, alors courtier en assurances. En 1900, à la suite de l’absorption d’un sédatif, il devient complètement aphone. Il consulte alors médecins et spécialistes qui échouent à trouver remède à son mal. Edgar Cayce est de ce fait contraint de changer de profession et devient photographe. C’est grâce à un artiste itinérant – Hart “l’homme du rire” – que le problème de Cayce va trouver une solution et changer radicalement sa vie. En effet, à l’occasion de son spectacle, Hart accepte d’hypnotiser le malade et l’enjoint de parler normalement, ce qu’il fait sans difficulté. Mais, une fois l’hypnose interrompue, l’aphonie revient. C’est Al Layne, un spécialiste local, qui a l’idée de mettre Cayce en sommeil hypnotique et de lui demander la cause du problème et son possible traitement. Cayce révèle que l’aphonie est due à une paralysie psychologique et qu’elle peut être résolue par un afflux de sang aux cordes vocales. Layne l’enjoint à le provoquer et la séance se conclut sur la guérison du malade.

Fort de ce succès et influencé par le mesmérisme, Al Layne invite Edgar Cayce à reconduire ces séances sous hypnose et à produire ainsi des diagnostics pour les personnes qui viendraient le solliciter. Cayce, d’abord réticent, finit par accepter. Ainsi les expériences dites de “lectures” se multiplient. On constate vite que, sur simple évocation du nom et de l’adresse du malade, Edgar Cayce est capable de décrire son problème, d’établir un remède et même de répondre à des questions à son sujet. Le nombre de consultations explose et la renommée de cet étrange docteur dépasse bientôt les frontières de son Etat. En 1910, un article du ‘New York Times’ achève de lui donner une dimension nationale et le consacre définitivement comme guérisseur et médium.

Les courriers et sollicitations affluent alors vers la maison où Edgar vit avec Gertrude Evans, qui devient sa femme en 1903. De 1901 à 1945, année de son décès, Cayce donne plus de 14.000 lectures : toutes retranscrites et réunies en un corpus impressionnant, elles portent aussi bien sur la médecine pragmatique et intuitive développée par le médium que sur des sujets extrêmement divers, tels que la réincarnation, l’Atlantide, le rêve, la vie de Jésus, l’origine et le destin de l’humanité… Souvent en nette contradiction avec la doctrine officielle de l’Eglise protestante, elles ont occasionnés chez Edgar Cayce des doutes et des crises de conscience importantes. Toutefois, elles constituent encore aujourd’hui une sorte de révélation qui sert de référence à de nombreux individus dans le monde. De son vivant et sur sa volonté, plusieurs institutions ont été créées afin d’appliquer sa médecine : cette idée lui fut suggérée en 1918 par un rêve dans lequel docteurs et infirmiers appliquaient au sein d’un hôpital les traitements mentionnés dans ses lectures…

Pour en savoir plus, vous pouvez :

Publicités